Colloque : Rituels Religieux entre partage et cloisonnement

 

 

Rituels religieux; entre partage et cloisonnement

17 – 18 et 19 février 2012

Colloque organisé par le Centre d’études et d’interprétation du fait religieux Faculté des sciences religieuses avec le concours de l’Agence Universitaire de la francophonie (AUF)

Campus des sciences humaines, rue de Damas

Salle polyvalente, Bâtiment C, 5ème étage

Le Centre d’études et d’interprétation du fait religieux de la Faculté des sciences religieuses de l’Université Saint-Joseph organise avec le concours de l’Agence Universitaire de la Francophonie le 17, 18 et 19 février un colloque sur le thème « Rituels religieux entre partage et cloisonnement » au campus des sciences humaines de l’université.

Ce colloque s’intéresse aux rituels comme l’un des champs de la production identitaire, et à la diversité des stratégies d’expression et de fabrication de soi qu’ils occasionnent, tant aux niveaux sociaux et politiques, qu’à celui de la piété personnelle. Il cherche à rendre compte de la religiosité contemporaine et à analyser sa diversité et son dynamisme. Car si les différentes communautés utilisent le rituel comme un instrument de mobilisation et de communication, ce dernier les façonne en retour dans la texture même des gestes, des paroles et des sensations qu’il produit. Ainsi, loin de se réduire à la simple répétition mécanique d’un code établi par la tradition, il fait œuvre de création et d’ouverture, il constitue un champ au sein duquel les différentes tendances d’un groupe négocient leur statut et leur représentation.

La contribution de spécialistes internationaux et locaux donnera à cet événement une dimension pluridisciplinaire. Dianteill et Delecroix mettront en place une structure conceptuelle indispensable, d’un point de vue anthropologique et philosophique. Sicking présentera la religion populaire comme un élément rituel traversant les frontières religieuses. Pour ne pas nous enfermer dans une problématique exclusivement locale Rigal-Cellard et Garcia-Ruiz présenterons l’analyse de rituels sur un autre continent; d’une part chez les mormons aux Etats Unis et d’autre part chez les pentecôtistes en Amérique latine. Galleze, une spécialiste algérienne analysera les raisons du déplacement du Sultan Yaacoub du Maghreb vers un village libanais qui porte son nom et lui voue un culte. Kassatly présentera ensuite ce sanctuaire de Sultan Yaacoub dans la vallée de la Bekaa. Benedicty se penchera sur la problématique des rapports entre une liturgie festive avec la société civile et Talhouk montrera le rapport entre rituels et l’affirmation d’une identité. Enfin, une équipe de dix chercheurs de quatre institutions académiques (USJ, LAU, UL et IFPO) présenteront les différentes thématiques et problématiques sur lesquelles ils ont choisi de travailler dans le cadre d’un projet de recherche sur les rituels religieux au Liban.

Pour la troisième journée du colloque nous proposons des conférences sur sites avec la visite de quatre lieux de culte de différentes communautés religieuses: le maqâm sunnite de l’Imam Ouzai à Ouzai, le maqâm chiite de Nabi Younes à Jiyyeh, le sanctuaire de Notre Dame de Khaldeh et enfin les maqâms druzes de Sitt Sara et Nabi Bahaeddine à Sharon.

Print Friendly
Cette entrée a été publiée dans Actualités. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.